Jouer au hockey pour une bonne cause.

Thérrien vs. Shaw ou Price?

Thérrien vs. Shaw ou Price?

📁 Articles 🕔25.février 2017

Lorsque j’ai lu que la goutte qui a fait déborder le vase et de ce fait, a couté le poste de Thérrien était l’indiscipline de Shaw, cela venait confirmer ce dont je redoute depuis longtemps et que c’est Carey Price qui mène ce vestiaire.

Fantômes du passé obligent, il y a un peu plus de 20 ans, Patrick Roy contrôlait lui aussi la chambre. Toutefois, contrairement à la situation de Price, en 1996 on ne pouvait congédier un entraîneur « flambant neuf » en Mario Tremblay sans que la direction du CH perde toute crédibilité.

Il n’y a toutefois aucune similitude entre Roy et Price. Patrick était un impulsif qui disait ce qu’il pensait quand il le voulait. Il avait le mérite d’être franc et direct. Toutefois, à mes yeux, Price est un enfant gâté vêtu du complet de l’habile politicien, capable de choisir ses interventions « politiques ».

Dans l’échange de Subban, son soi-disant meilleur ami,  Price ne pouvait ouvertement affronter la direction, voir même ses coéquipiers car PK n’avait pas la faveur de la chambre. Il a préféré y aller avec le courant, surtout sachant que celui qui le remplaçait deviendrait un grand allié.

Toutefois, depuis décembre, l’impression que dégage Price est d’un gardien élite qui en a ras le bol de joueur pour une équipe « petite » qui manque du talent offensif et dont Bergevin ne fait rien pour corriger. D’ailleurs, ce scénario se répète d’une année à l’autre. Lorsque les trains TGV (grosses équipes physiques) prennent leur aire d’aller, nos lièvres se font rejoindre et écraser et de là, tout s’écroule.

Je reviens avec Thérrien, la chair de canon et le bouc émissaire de Bergevin. Depuis décembre, de plus en plus d’amateurs de la Flanelle s’impatiente et plusieurs commencent à réclamer la tête de l’entraîneur. Voilà une porte qui s’ouvre pour Carey, soit d’éventuellement s’en prendre à un membre de la direction pour passer sa frustration d’être membre d’une équipe moribonde.

Mais son premier pas public à titre de politicien sera un peu malhabile, soit le retrait d’un match et le regard vers l’entraîneur qui a fait le tour de la planète hockey. Price l’apprendra par les médias et tentera tant bien que mal de banaliser ce geste. Un à zéro pour Michel Thérrien qui est toutefois toujours dans la mire du politicien.

Andrew Shaw, le dauphin et la trouvaille du siècle de Marc Bergevin

« Shaw va nous aider en série » disait le DG. Deux choses que Bergevin ne semble pas comprendre. Marc, vous avez expliqué au Prince Andrew qu’il y a 82 matchs à jouer avant les séries? Et si l’indiscipline de Shaw nous fait justement « rater » les séries, alors, Monsieur Bergevin?

Peu importe ce que Thérrien a dit à Shaw dans le vestiaire ne comparerait même pas à ce que personnellement, je lui aurais dit. Dans les gestes d’indiscipline de Shaw depuis le début de la saison, je perçois un impulsif égoïste dont l’équipe passe loin derrière.

Thérrien, Shaw, Price et la chambre   

A part Price, les supposés leaders chez le CH se nomment Weber, un ami de Carey, Pacioretty qui, selon des rumeurs autour des dires de Thérrien, est le pire capitaine de l’histoire et Gallagher qui, à son retour joue de moins en moins.  Tous les ingrédients pour se débarrasser de l’entraîneur par le biais d’un putsch ou des moyens subtils de pression tels que des contreperformances.

Mais, mes chers petits « leaders », êtes-vous rendus compte que Thérrien n’y est plus et que vous semblez toujours en « moyens de pression »? Mon opinion?  Je crois plutôt que le cordon de vos cœurs traine dans l’indifférence et la m… Ce que vous avez fait en appuyant Shaw était ignoble car non seulement vous endossiez ses comportements marginaux mais en même temps c’était de désavouer l’entraîneur dont le message à Shaw (peut-être excessif et cru) voulait probablement dire en vous appuyant « Tes coéquipiers ses défoncent pour vaincre l’adversaire et toi, tu t’en fous éperdument ».

S’il y avait du vrai leadership dans ce vestiaire, jamais Thérrien n’aurait eu à intervenir car cela aurait dû être réglé par les joueurs entre eux.

Je suis d’une autre époque, certes, mais j’ai des souvenirs de grandes équipes du passé possédant du leadership à vendre au prix d’or. Si Shaw avait existé du temps des Robinson, Savard, Lafleur, Lemaire, Lapointe et Gainey, il aurait été traité aux petits soins…..intensifs à l’hôpital.

Finalement, message à Bergevin : Au lieu de vous enfarger dans les fleurs du tapis de Mme Pateryn, il serait temps d’échanger Carey Price. Plusieurs raisons derrière ma suggestion :

1-     Sa valeur marchande est encore très élevée malgré ses contre-performances des deux derniers mois.

2-     On pourrait aller chercher un, voire deux marqueurs établis qui nous manquent cruellement

3-     Il y a Charlie Lindgren (23 ans) qui attend sa chance et qui pourrait seconder Montoya

4-     Les statistiques de Price et Montoya sont presqu’identiques et dont la moyenne se retrouve a près de 3 buts accordés par match.

5-     Le CH devra très bientôt négocier le contrat de Price et les contrats à la « Subban » pour un joueur qui semble se complaire dans son déclin serait une erreur magistrale,

Si les choses ne s’améliorent pas, je crois que la prochaine étape devrait être un double congédiement – Bergevin et Timmins!

Partagez cet article avec vos amis

Articles similaire